• Goran.

     

    Mon ami Goran est né à Belgrade, en Serbie.

    Poète. Musicien de rue. Bourlingueur. Sa religion est la liberté.

    Il était là lundi. Juste au coin de la rue tout près de mon atelier.

    Son sourire, libre et lumineux.

    Les notes de son accordéon, joyeuses et colorées comme une danse gitane.

    L'air froide. Les passants distraits. Sa musique chaude. Son amitié précieuse.

    "…Salut Goran!…" "…Hello Francesco!…"

    Plus tard, comme à chaque rencontre, devant à un verre de rouge, dans un bistrot,

    Goran nous raconte ses histoires.

    Histoires de musiques et de musiciens. Histoires de poètes et de gitans.

    Histoires de guerre, de fêtes, d'amours, de mariages et d'enterrement.

    Mon ami Goran.

     

    "...Mon accordéon Francesco, son coeur bat si fort…  jusqu'à me griser…" 

     

    Hora. Bebe Serban. 

     

    Francesco© Photo. Texte.

    Goran.

    Pin It

    24 commentaires
  • Un jour d'hiver.

     

    Sept heures trente d'un jour de décembre. La lumière dans la cuisine s'est à peine allumée.

    Richard. Ses cheveux blancs décoiffés, un grand pull bleu sur une chaude chemise de flanelle, ses pantalons de velours beiges, à côtes, ses vieilles pantoufles.

    Deux petites bûches, commencent à crépiter gaiement dans le poêle en faïence blanche. La cafetière, gargouille  sur le feu, et répand le bon arôme du premier café.

    Sur la nappe blanche, un bol jaune, un bol bleu. Les biscuits de Anna, sa confiture de fraises, des tranches de pain sur une assiette blanche. Un broc de lait chaud.

    Anna, son peignoir bordeaux, sur une chemise de nuit blanche, rejoint Richard.

    "..Bonjour Richard, t'as bien dormi?… "…Oui, et toi?…"

    L'air est tiède dans la cuisine, le petit déjeuner est prêt, Anna, prépare le café au lait dans les bols.

    Richard, ouvre les volets de la grande fenêtre. La lueur du jour, dévoile à ses yeux, la première neige sur le grand paysage de leur bonheur tranquille.

    "...Regarde Anna, l'hiver est arrivé…"      

     

    Hommage à ma mère et à mon père. 

     

    Inverno Fabrizio De André.

    Francesco© Photo. Texte.

    Un jour d'hiver.

     

    Pin It

    24 commentaires
  • Frénésie Poétique.

     

    Lundi 13 octobre. Six heures quarante six. Sur la table de ma cuisine, à la toile cirée rouge et blanche, une tasse de café bouillant à peine sucré. Un paquet de biscuits. Un petit pot de miel. Deux crayons. Un carnet. Un paquet de cigarette. Un briquet inutilisable. Un livre ouvert à la page 138: "Sul disegnare", de John Berger. A la radio, bulletin d'informations: ...Inondation à Gènes. Le cadre politique Italien. Les évènement internationaux...

    Les voix criardes de ma radio, laissent leur place à un silence intense de douceur.

    La grande fenêtre de ma cuisine, comme un écran cinématographique, m'offre la lente séquence de la métamorphose magique de la nuit, qui laisse sa place, à la lueur d'un ciel gris ardoise.

    Une pluie fine, intense, fait briller mon jardin comme un tableau Flamand. Un escargot, se traine  lentement sur les feuilles de la lierre, vers une destination inconnue.

    Une grive solitaire s'envole soudain, faisant glisser les notes flutées de son chant dans l'air humide, et disparaît, engloutie dans l'orgie poétique, des couleurs flamboyantes du grand platane.

     

    Attesa. Ludovico Einaudi

              

    Francesco© Photo. Texte

    Pin It

    18 commentaires
  • Andy et Marilyn.

    Mardi 2 septembre. 9 heures. Le ciel est bleu. L'air étincelante. Les arbres d'un vert émeraude et profond. Sur le rebord d'une fenêtre de l'appartement au rez-de-jardin de mon atelier, un vieux petit bouquet sec et poussiéreux, s'offre à mes yeux. Un petit énigme, léger comme un nuage. Quelques épis de lavande. Deux roses jaunes.

    Impulsion incoercible.

    Mardi 2 septembre. 12 heures. Sur le rebord d'une des fenêtres de mon atelier, le petit bouquet "volé" à 9 heure. Sur la page d'un vieux journal, le visage de Marilyn. "La beauté". Andy Warhol. "Le génie".

    Noces de la page d'un vieux journal et d'un poussiéreux petit bouquet.

     

    Some Like It Hot Marilyn Monroe   

    Francesco© Photo. Texte.

    Pin It

    19 commentaires
  • Lumière du matin.

    Lumière d'un matin d'été. Sept heures. Gaieté d'un flôt de soleil. Dans une cruche transparente, un bouquet de romarin au parfum âcre. Vert sombre par-dessus. Blanchâtre par-dessous. Quelques feuilles de sauge  d'un vert-gris . Une orange.

    Dehors. Ciel bleu. Trois nuages blancs. Un petit lézard qui se réchauffe dans un quartier de soleil, sur le pot de basilic.

    Mais mon univers est là. Le temps d'un clin d'oeil. Comme un éclair. Dans ce coin de vie, doux et lumineux de ma cuisine.

     

    Stella del mattino. Ludovico Einaudi 

    Francesco© Photo. Texte.

    Pin It

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique