• Voyage à Monterosso.

     

    Découpage de lumière dans une journée de pluie légère.

    Ombres profondes. Couleurs émaillées.

    Ocre. Noir.Vert. Blanc.

    Géométrie émotionnelle.

    Grincement des roues d'un train, qui ralentit jusqu'à s'arrêter.

    Gare de Manarola. Cinque Terres.

    Evelyne pose son regard sur les rochers baignés d'écume et d'émeraude.

    Air salin. Parfum de genêts. De chèvrefeuilles.

    Les vers de Eugenio Montale, imbibés de couleurs, perchés sur les collines en surplomb sur la mer.

    Sur le quai, fourmillement d'un petit univers humain, coincé dans la beauté.

     Mattia est la. Evelyne le cherche.

    Leurs sourires se croisent.

    Le golfe des poètes les attend.

     

    Eugenio Montale, que je cite dans mon texte, est un grand poète Italien (1896-1981),

    qui a vécu et a écrit ses plus beaux poèmes dans cette région, à Monterosso. 

    Recueils: "Os de seiche", "Les occasions", "La tourmente et autres poèmes".

     

     Le donne nelle stazioni. Gianmaria Testa.

    Francesco© Photo. Texte.

    Eclair d'un instant.

    Pin It

    25 commentaires
  • Buongiorno.

       

    Enchevêtrement d'histoires et de vies.

    ...Antonietta. Giovanni. Mauro. Antonella. Silvia. Marco. Maria... 

    Des femmes. Des hommes, Des enfants.

    Des chats. Des chiens. Des canaris.

    Et le soleil est encore la.

    Des Joies. Des douleurs. Des couleurs. Des odeurs.

    Des mots. Des sons. Des silences.

    Et la mer est encore bleue.

    Des jours de peine. Des jours de fête.

    Histoires d'amour et de tourments.

    D'espoirs et de bonheurs.

    Et la brise qui glisse encore dans les ruelles.

     

    Ruissellement de voix, de bruits et de musiques dans l'air.

    Jeudi. Éclat de blanc.

    Jour de lessive chez Maria.

      

    Buongiorno a te. Luciano Pavarotti. 

    Francesco© Photo. Texte.

    Magma.

    Pin It

    31 commentaires
  • Gaspare et Lucia.

      

    Vendredi 13 février 2015. 9h.30.  

    Gaspare et Lucia. Toute une vie ensemble.

    Comme tout les matins, la promenade dans le cartier.

    Cappuccino au café Verdi.

    "...Bonjour Gaspare…" "…Ciao Lucia…"

    Un sourire à la fleuriste. Deux mots avec la voisine qui passait par la.

    Les courses. Le marchand de légumes. L'épicier. Le boucher.

    Antonio qui passe sur son cyclomoteur. Maria qui bavarde avec le tailleur Chinois.

    Un chat qui se réchauffe au soleil.

    Un saut au kiosque à journaux.

    La vie s'écoule. Douce.

    Il est temps de rentrer.

    Le déjeuner à préparer.

    Les primevères à arroser.

    Le murmure du ragout sur le feu.

    Odeur de sauge et de romarin.

    Des tomates sur un plat blanc.

    Les oranges dans un panier.

    Les pâtes fraiches de "nonna Lucia" sont prêtes.

    Un coup d'œil au journal. Les nouvelles à la télé.

    En attendant les petits-fils.

    Gaspare. Lucia.

    Une matinée quelconque.

    Le temps est beau.

    "La vita è bella". 

       

    La vita è bella: buongiorno Principessa. Various Artists 

    Francesco© Photo. Texte.

    Gaspare et Lucia.

    Pin It

    28 commentaires
  • Un petit arbre de noël.

    Un petit arbre de Noël, dessiné avec la lumière, pour vous souhaiter, tout simplement, joyeuses fêtes.

     

    Naître et renaître. Jour après jour.

    Pour aimer, aimer, et aimer encore.

     

     La lumière de mon petit dessin et mes pensées, sont adressées à tout ceux qui ont peu, ou qui n'ont rien. 

    Aux enfants, aux femmes, aux hommes, qui subissent les guerres, la pauvreté, les injustices et la douleur.

     

    Imagine. John Lennon.

     

    Francesco© Dessin. Texte.

    Un petit arbre de noël.

    Pin It

    20 commentaires
  • Dans mon atelier.

     Jeudi 11 décembre. 9 heures.

    Enveloppé dans la lumière odoriférante du bleu, du rouge, du vert, du jaune, du blanc, et du noir, je respire les odeurs de la peinture. Le café, marmonne dans la cafetière sur le feu.

    Voix d'écoliers qui chamaillent dans la rue. Une ballade de Bruce Springsteen à la Radio.

    Mes pensées s'envolent.

    Un enfant, perché sur un tabouret, regarde, ensorcelé, un peintre, ami de son père, qui étale ses couleurs chaudes et magiques, sur une image sacrée, dans la chapelle d'un cimetière chrétien à Tunis.

    La lumière est éblouissante.

    Le silence étourdissant.

    Rien que le bruit imperceptible du pinceau.

    Rien que l'odeur de la peinture et d'un printemps éblouissant de Tunis.

     

    Les mêmes odeurs, que je respire ce matin. Dans mon atelier.

     

     

    Frankie feel in love. Bruce Springsteen.

     

    Francesco© Photo. Texte.

    Dans mon atelier.

    Pin It

    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique